Photos marche été - De Quimper à Saint-Pol-de-Léon - Août 2009


 
 
Photo précédente


Groupe précédent

Défilement automatique
 
   
 

Lundi 3 août 2009. De Quimper à Briec. Dans la matinée nous quittons la cathédrale de Quimper pour prendre la direction du nord et rejoindre l´église de la Trinité (paroisse de Kerfeunteun, Quimper). Dans le choeur un arbre de Jessé datant de 1520 raconte la généalogie du Christ. Deux kilomètres plus loin, c´est la vallée du Stangala avec ses rives escarpées et ses chemins parsemés de rochers. On suit l´Odet un moment avant de remonter vers la chapelle Saint-Guénolé (commune d´Ergué-Gabéric). Détails sur arkaevraz.net. Un peu plus loin, on retrouve la vallée de l´Odet jusqu´à la chapelle Saint-Corentin du Kreisker (commune de Briec), lieu du pique nique. De là il ne reste plus qu´à rejoindre notre étape du jour, Briec. Sur le chemin, notons la chapelle Saint-Guénolé de Trolez (commune de Briec). Autrefois nommée chapelle de Trefflez, elle fut construite en 1636. Elle passait pour être une donation du roi Gradlon à l´abbaye de Landévennec. Les pèlerins venaient à Trolez honorer saint Guénolé et saint Philibert, et demander la guérison des troubles digestifs.

Mardi 4 août. De Briec à Pleyben. Après le départ nous passons deux chapelles sur la commune d´Edern: Saint-Symphorien de Landivigen et Notre-Dame du Hellen. Détails sur infobretagne.com. A Gouézec, on s´arrête devant la maîtresse vitre. C´est une oeuvre majeure du milieu du XVIe siècle. Elle représente la Passion. Il existe plusieurs exemplaires de ce vitrail, notamment à Quéménéven et en partie à Guimiliau. On trouve le bon larron dans la lancette de gauche. Dans la lancette suivante c´est la crucifixion. Marie-Madeleine est au pied de la croix. Plus bas, saint Pierre tranche l´oreille d´un soldat. Le mauvais larron se trouve dans la lancette suivante. Dans celle de droite c´est la descente de croix. La Vierge est représentée dans deux lancettes, une fois avec les mains jointes, l´autre fois avec les bras qui tombent. Elle est entourée de saint Jean et d´une sainte femme. A noter aussi le regard du cheval qui semble humain. Détails sur infobretagne.com. Après Gouézec, nous franchisson l´Aulne à Pont-Coblant. A l´époque gallo-romaine c´était un gué sur la voie Quimper-Morlaix. Au XIXe siècle c´était une halte au bord du canal de Nantes à Brest. Aujourd´hui c´est une base de loisirs nautiques. De là nous rejoignons Pleyben, notre étape du jour, par la chapelle Saint-Laurent.

Mercredi 5 août. De Pleyben à Commana. L´étape d´aujourd´hui fait 29km. C´est la plus longue de la semaine. Nous quittons l´enclos de Pleyben et de son calvaire pour rejoindre le Mont Saint-Michel de Brasparts, lieu du pique nique. L´après midi, c´est la traversée des Monts d´Arrée. On suit la crête du Tuchen-Kador (Signal de Toussaines, point culminant à 383m). Au passage de l´Elorn on quitte le pays de Cornouaille pour rejoindre celui de Léon. Peu avant Commana on passe devant l´allée couverte du Mougau. Les pierres sont gravées de motifs qui rappellent vraisemblablement les croyances du Néolithique. La fontaine Saint-Jean se trouve à proximité. Au Moyen Age, il y avait là un établissement des Hospitaliers de l´ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem. Les pèlerins y trouvaient un refuge sûr dans une contrée inhospitalière.

Jeudi 6 août. Matinée. De Commana à Guimiliau. De l´enclos de Commana on gardera au moins le souvenir de son magnigifique retable de Sainte-Anne. Il nous faut maintenant rejoindre la vallée de la Penzé que nous suivrons jusqu´à Loc-Eguiner-Saint-Thégonnec. L´église de Loc-Eguiner est constituée de deux nefs parallèles. Dans le placître on note une stèle gauloise à 13 cannelures. Plus loin, peu avant Guimiliau, on s´arrête devant l´étonnante croix à dais de la Garenne (XVe siècle). Au revers on pense à Sainte-Catherine et au démon qui la tourmentait. A la droite du Christ on reconnaît saint Pierre tenant une clé par le milieu. A la droite de saint Pierre, un autre personnage porte une couronne et une épée par l´extrémité de la lame. Serait-ce saint Miliau, éponyme de Guimiliau, roi de Cornouaille? A sa droite, serait-ce son fils saint Mélar tenant en main une épée? Les trois personnages à gauche du Christ n´ont jamais pu être identifiés. L´un porte un livre, le second désigne quelque chose de la main, le troisième porte un phylactère. Sans plus nous attarder à la croix de la Garenne, nous rejoignons Guimiliau pour le pique nique.

Jeudi 6 août. Après-midi. De Guimiliau à Saint-Thégonnec. Après le pique nique nous prenons un peu de temps pour visiter l´enclos de Guimiliau et son calvaire. Dans l´après midi, nous passons par le village de Kergam (paroisse de Guiclan) où naquit Marie-Amice Picart en 1599. C´était une mystique. Durant les 18 dernières années de sa vie, elle aurait eu comme seule nourriture le pain de l´Eucharistie. Lors des fêtes des martyrs elle semblait endurer leurs souffrances: brulée vive, plongée dans l´huile bouillante, et même décapitée, ... Elle est morte le jour de Noël 1652. Son corps est inhumé dans la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon. Une pierre tombale dans le transept gauche de la cathédrale porte son nom. De Kergam nous rejoignons la Penzé et sa vallée pour arriver à Saint-Thégonnec. L´étonnante croix de Luzec a été érigée en 1864 par Bernard Breton du village voisin de Herlan. Le calvaire, s´il tourne le dos à la route, est parfaitement occidenté (orienté à l´ouest) en souvenir du Christ qui, selon la tradition, est mort le regard tourné vers le soleil couchant. Quatre colonnes rondes soutiennent une table rectangulaire. Le socle porte une inscription bretonne incitant le passant à prier.

KRISTENIEN VAD A BREIZIZEL, STOUIT DIRAG AR GROAS SANTEL, HA PEDIT JESUS HO SALVER, E GRAS DOUE D’HO KENDELC’HER, TE PERC’HER GOULENN DIGANTAN, AR C’HRAS D’EN EM CONVERTISSA. PED SANT BERNARD A GREIS KALON, DA C’HOULEN EVIDOUT PARDON. PEDOMP JESUS TREMENIDI, HAG E VAMM AR VERC’HEZ VARI, PEDOMP MA VINT E PEB AMZER, TRUGARESUZ EN HOR C’HENVER, PEDOMP MA CHOMO BREIZ IZEL, D’AR FEIZ CHRISTEN BEPRED FIDEL, MA TALC’HO STARD IVEZ ATO, D’AN HOLLGHIZIOU MAD EUS AR VRO, TREMENIDI, PEDIT DOUE A VIR GALON, PEDIT EVIT AN ANAON. SAVET DRE URS BERNARD BRETON 1864. YAN LARC’HANTEK SCULPTER E PLOUGONVEN. 1864.

BONS CHRETIENS DE BASSE-BRETAGNE, INCLINEZ-VOUS DEVANT LA SAINTE CROIX, ET PRIEZ JESUS VOTRE SAUVEUR, POUR LA GRACE DE DIEU QUE VOUS RECHERCHEZ, DEMANDEZ-LUI SON ASSISTANCE, LA GRACE DE SE CONVERTIR. PRIEZ SAINT BERNARD DE TOUT COEUR, POUR QU´IL DEMANDE POUR VOUS LE PARDON. PASSANTS PRIONS JESUS, ET SA MERE LA VIERGE MARIE, PRIONS POUR QU´ILS SOIENT TOUJOURS, MISERICORDIEUX A VOTRE EGARD, PRIONS POUR QUE LA BASSE-BRETAGNE RESTE, TOUJOURS FIDELE A LA FOI CHRETIENNE, POUR QUE RESTENT AUSSI TOUJOURS FERMES, TOUTES LES BONNES COUTUMES DU PAYS, PASSANTS, PRIEZ DIEU D´UN COEUR VRAI, PRIEZ POUR LES TREPASSES. FAIT FAIRE PAR BERNARD BRETON 1864. YANN LARC´HANTEC SCULPTEUR A PLOUGONVEN. 1864.

Bernard Breton était le descendant des paysans-marchands-toiliers qui nous ont légué les enclos paroissiaux de la région. De l´industrie de la toile de lin, ils tiraient des bénéfices importants qu´ils réinvestissaient dans l´enclos, dans leurs maisons et aussi dans les croix de chemin. Peu avant Saint-Thégonnec, au village de Bougez, nous passons devant l´une de ces grandes maisons de paysans-marchands-toiliers du XVIIe siècle. C´est une maison à apotheis (à avancée). Le rez-de-chaussée sert habituellement à l´habitation alors que l´étage sert au travail de la toile de lin (préparation du fil pour les tisserands, polissage des toiles, stockage du fil et des toiles), mais pas au tissage qui était effectué par les tisserands des alentours. La buanderie (en breton kanndi, maison à blanchir) servait à blanchir le fil avant le tissage. Elle était construite près d´une source, aussi près que possible du village. A l´intérieur il y avait deux grands cuves de pierres de près de 1m3 chacune et une cheminée pour chauffer l´eau qui s´y trouvait. L´eau tiède mélangée à de la cendre de hêtre permettait de blanchir le fil. Juste à côté, un canal en pierre de schiste permettait de rincer le fil avant de le faire sécher au soleil. Une buanderie correctement alimentée en eau pouvait ainsi blanchir suffisamment de fil pour fabriquer chaque année une centaine de toiles de 100m de long sur 1m de large. Entre Landerneau et Morlaix, dans le quart sud-est du Léon, il y avait un millier de buanderies de ce type. Le prix d´une toile finie pouvant être estimé à 1000 euros actuels, on imagine les revenus qui pouvaient être tirés chaque année de la fabrication de près de cent mille toiles. Sans cette véritable industrie qui est restée florissante jusqu´à la fin du XVIIe siècle, les grands enclos paroissiaux que nous visitons (Commana, Guimiliau et Saint-Thégonnec) n´existeraient pas.

Vendredi 7 août. De Saint-Thégonnec à Plouénan. Nous quittons l´enclos de Saint-Thégonnec pour rejoindre la vallée de la Penzé que nous suivons sur 10km jusqu´au château médiéval de Penhoat, lieu du pique nique. Le château date des premières années du XVe siècle. Le donjon est octogonal et comporte des étages sur planchers. La tour nord était équipée d´un canon et de latrines. La famille de Penhoat a atteint son apogée au XVe siècle. Elle disait descendre du comte Withur qui avait accueilli Paul-Aurélien, le fondateur de l´évếché de Léon, et lui avait donné la terre de Saint-Pol-de-Léon. Jehan de Penhoat est amiral du duc de Bretagne en 1401. Une autre Jehan est chambellan du duc Jean V en 1415. Les chroniques mentionnent que ce dernier a accompagné le duc Jean V au cours d´un Tro Breiz effectué en 1419. A la suite d´une rougeole, le duc avait fait le voeu d´effectuer le pèlerinage des Sept Saints de Bretagne qu´on appelle aujourd´hui Tro Breiz. Dans l´après-midi, arrêt dans le village de Lopréden (commune de Plouénan). Rafraichi par l´eau de la fontaine saint Brandan, un jardin fleuri des plus accueillants, entretenu avec délicatesse, nous offre quelques instants de repos avant de rejoindre Plouénan.

Samedi 8 août. De Plouénan à Saint-Pol-de-Léon. Un détour par Plougoulm nous permettra de traverser tout l´ancien minihy (territoire monastique) de Saint-Pol, et notamment Santec. Depuis l´anse du Guilliec, nous traversons la forêt de Santec avant de rejoindre Croaz an Tour, la croix celtique érigée en l´an 2000. Après un passage au manoir de Kersaliou, nous nous rassemblons en fin d´après midi près de Saint-Pol, dans le parc du château de Kernévez. De là nous partons en procession vers la cathédrale.

Samedi 8 août. Arrivée à Saint-Pol-de-Léon. La grande procession du dernier jour du parc de Kernévez à la cathédrale.

Au cours de l´été 2009, sur la place de l´Evêché à Saint-Pol-de-Léon, l´association "La vallée des saints" a fait sculpter les statues des sept saints fondateurs de Bretagne. Elles sont prêtes pour l´arrivée du Tro Breiz. A l´automne ellle iront rejoindre leur emplacement définitif à Carnoët (Côtes-d-Armor). Détails sur lavalleedessaints.com

Ce compte rendu a été realisé à partir des photos de Y. Autret et P. Do Ngoc.

 

Association « Les Chemins du Tro-Breiz » - Quénéquillec - 22160 Carnoët
Téléphone : 02.98.69.11.80 (prochainement 02.96.13.78.02) - Email  : secretariat.trobreiz@gmail.com